Bandeau_Ecoles_Institut-Hildegardien2

LETTRE CIRCULAIRE

Courant de l’été 2021, nous apprenons dans la presse qu’une femme serait décédée dans le cadre d’un stage de jeûne hydrique de longue durée proposé par une structure se référant de la naturopathie.
Elle aurait été retrouvée morte dans sa chambre.
Sans porter de jugement et sans présumer de la suite qui sera donnée à cette affaire, cette lettre circulaire à visée informative a pour seul objet de rappeler que la FENA et ses écoles ne cautionnent pas et n’enseignent pas les cures de jeûnes prolongées et nécessairement inadaptées, susceptibles de mettre en danger la santé des curistes, et, en général, toutes les approches extrémistes ne relevant pas de la véritable hygiène de vie naturopathique.
Une telle démarche de rigueur et de responsabilité est d’autant plus importante avec la pandémie de Coronavirus dont les effets provoquent encore des réactions qui sont découvertes au fur et à mesure du temps par les médecins et scientifiques
Compte tenu de ce contexte, nous recommandons, même pour des jeûnes courts, de requérir un avis médical.
De même, nous alertons nos anciens étudiants pour leur indiquer de faire également attention à la qualité de leurs collaborations ou partenariats professionnels, de telle sorte qu’ils ne se retrouvent pas malgré eux impliqués indirectement dans des pratiques extrêmes n’ayant strictement rien à voir avec la philosophie naturopathique.
La FENA a toujours réprouvé toutes les approches excessives et extrémistes qui pourraient faussement se revendiquer de la naturopathie.

Le Conseil d’administration de la FENA
Le 29 août 2021